Un rat nu, c'est à dire sans poil

Des petits rats pour accompagner mon été

Cela va peut-être vous surprendre, mais j’ai toujours adoré les rats. Pas les rats d’égouts bien sûr, mais les rats domestiques, qui font partie de ce qu’on appelle les Nouveaux Animaux de Compagnie. En effet, on rencontre de nos jours de nombreuses domestications plutôt insolites, comme des oiseaux tropicaux, des reptiles, des primates ou encore des rongeurs en tous genres. C’est pourquoi, d’ailleurs, de nombreux vétérinaires de ville se voient dorénavant forcés de se spécialiser dans cette catégorie d’animaux afin de s’adapter à ces domestications peu communes.

Une adoption pour la bonne cause

Pour ma part, j’ai un penchant tout particulier pour les rats. J’ai ai eu trois étant plus jeune et mes nombreux voyages m’ont empêché d’en avoir pendant de longues années. Je m’était toujours promis que j’en reprendrai quand j’en aurai la possibilité, et la semaine dernière, un ami m’a annoncé qu’il ne pouvait plus s’occuper de ses deux petits rats car il déménageait dans une résidence où les animaux de compagnie sont interdits. J’ai donc sauté sur l’occasion et lui ai proposé d’adopter ses petites bêtes, lui promettant qu’elles recevraient tout l’amour du monde.

Les rats nus mangent beaucoup plus que les autres

Ce ne sont d’ailleurs pas des rats, mais plutôt des rates. En fait, j’ai pris l’habitude de les appeler des ratounes car le mot « rate » ne me semble pas très poétique. Celles-ci présentent un caractère assez particulier en ce qu’elles sont « nues », c’est à dire qu’elles n’ont pas de poils. Même leurs moustaches sont atrophiées.

D’après mon ami, il faudra que je me prépare à acheter plus de nourriture que pour la plupart des rats domestiques, ou la fabriquer moi-même. En effet, de part leur absence de pelage, les petites bêtes dépensent beaucoup plus d’énergie et de chaleur que leur compères poilus et nécessitent donc un apport nutritif journalier bien plus important que les autres.

Les rats bicolores seraient forcément domestiques

Malgré leur absence de poils, on distingue quand même que ce sont des rats bicolores : leur peau présente des taches plus foncées. S’ils avaient des poils, ils seraient probablement noirs et blancs, comme les rats que j’avais étant plus jeune.

J’avais à l’époque entendu dire, d’ailleurs, que les rats bicolores seraient forcément domestiques, qu’on ne trouve pas de rats bicolores dans la nature, et que les chats, par exemple, comprenaient beaucoup plus facilement qu’un rat est domestique s’il est bicolore que si son pelage est uni. Coïncidence ou vérité ? Le chat que j’avais à l’époque n’a jamais fait de mal à mes rats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *