Olivier Hersent et Nicolas Jordan, co-fondateurs d'Actility.

Actility, encore un American Dream à la française

On rêve tous un jour d’accéder au succès professionnel et d’en faire fortune. Dans le temps, le choix n’existait pas : il fallait se rendre aux Etats-Unis afin d’y réaliser le fameux American Dream, c’est-à-dire de réussir dans son domaine en partant de rien. Aujourd’hui, la France voit de nombreuses start-up se mettre en place, certaines destinées à un échec cuisant au bout de quelques semaines. D’autres, en revanche, affichent un succès fou au bout de quelques années seulement. Une preuve indéniable que le succès peut aussi être atteint en France. On s’attend même à bientôt entendre parler du French Dream.

Actility, un exemple de French Dream

Créée en 2010 par deux collègues, Olivier Hersent et Nicolas Jordan, co-fondateurs de l’entreprise, la start-up Actility s’est spécialisées dans la vente de réseaux d’objets connectées via une plateforme de services destinée à activer les objets connectés dans l’écosystème.

Avec déjà 31 millions d’euros levés depuis sa création, Actility met les bouchées doubles avec une nouvelle levée de fonds de 75 millions d’euros, bouclée quelques mois seulement après celle de Sigfox, son premier concurrent, qui a levé 150 millions d’euros au mois de novembre dernier.

Selon la banque d’affaires Cambon Partners, qui établit un baromètre bi-annuel des valorisations des start-up, la valeur actuelle de la société Actility s’élève aujourd’hui entre cent et deux cent millions d’euros, un score impressionnant au bout de sept ans d’activité seulement. Actility va-t-elle s’inscrire au rang des licornes, ces start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars?

Une levée de fonds impliquant un vaste cercle d’investisseurs

Parmi les investisseurs de cette nouvelle collecte de fonds, on compte une grande variété de nouveaux partenaires tels que Creadev – le fond d’investissement de la famille Mulliez, à la tête des enseignes Auchan, Leroy Merlin, Décathlon… -, Bosch ou encore Inmarsat.

Dans les anciens investisseurs, Swisscom, KPN – l’opérateur télécom finlandais -, Ginko Ventures, la banque BPI France, Idinvest, Orange Digital Ventures et Foxconn ont de nouveau pris parti à la levée de fonds.

Alors que les précédentes campagnes de financement impliquaient principalement des opérateurs téléphoniques, cette nouvelle opération fait appel à un cercle plus vaste d’investisseurs. Des investisseurs stratégiques qui, selon Olivier Hersent, devraient concrètement aider l’entreprise à investir de nouveaux segments.

Mr Hersent explique également que le monde est à la veille d’une vaste évolution vers des objets connectés. Cette tendance, associée à la diversité de leur investisseurs, annonce de beaux jours à Actility.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *